La France remet des livres à la Bibliothèque nationale du Cambodge PDF Imprimer Envoyer
altLe gouvernement français a remis 1 000 livres à la Bibliothèque nationale du Cambodge et aux bibliothèques et écoles cambodgiennes.
La remise de ces livres offerts par l’Association ADIFLOR et l’Ambassade de France s’est tenue le 16 décembre dernier sous la présidence de Thai Noraksathya, conseiller du Premier ministre Hun Sèn et secrétaire d’Etat à la Culture et aux Beaux-arts du Royaume du Cambodge, et l’Ambassadeur de France au Cambodge, Christian Connan.

A l’occasion de la Fête de la francophonie 2010, l’association ADIFLOR (Association pour la Diffusion Internationale Francophone de Livres, Ouvrages et Revues) a collecté, avec l’aide de la Bibliothèque nationale de France, 900 ouvrages (dont 400 ouvrages jeunesse) qui ont été offerts lors de la cérémonie, avec une centaine d’ouvrages de l’Ambassade de France (albums pour enfants et monographies pour les jeunes publiés avec l’aide du projet VALEASE – Valorisation de l’écrit en Asie du Sud-Est), a fait savoir l’Ambassade de France.

La Bibliothèque nationale du Cambodge a accueilli l’événement et a reçu un don de livres aux côtés des autres bénéficiaires : l’ONG Aspeca Enfants d’Asie, l’Ecole française de Siem Reap et l’Ecole française de Kep. Des représentants de ces trois institutions étaient présents à cet événement, ainsi que des partenaires du monde de l’éducation, de la culture et de l’édition au Cambodge.

AKP (20/12/2010)

A lire également :
- Un CD de charité pour soutenir l'association
- La France offre une aide de 603.500 € au Cambodge
 

Communiqué

Communiqué de Amnesty International (21/01/2015)

Dix défenseures du droit au logement et un moine bouddhiste, tous condamnés à une peine de prison au terme de procès sommaires, doivent être libérés immédiatement et sans condition, a déclaré Amnesty International avant l'ouverture de leur procès en appel qui doit se tenir jeudi 22 janvier.
La suite

Insolites

Preah Vihear : Google diffuse une fausse carte
altLa carte publiée par Google "place presque la moitié du temple en Thaïlande et n'est pas un document reconnu internationalement", affirme le secrétaire d'État du Conseil des ministres cambodgien, Svay Sitha, dans un courrier dont l'AFP a eu connaissance samedi.

Lire la suite...