Khmers rouges: c'est la justice qui décidera d'un 3e procès PDF Imprimer Envoyer
altLe secrétaire général des Nations unies a affirmé jeudi que c'est le tribunal de Phnom Penh parrainé par l'ONU qui déciderait de poursuivre ou non d'autres anciens Khmers rouges, au lendemain de la déclaration du Premier ministre cambodgien s'opposant à un troisième procès.

"C'est un processus de la justice internationale, alors cette décision doit être prise par le tribunal", a déclaré Ban Ki-moon aux journalistes après une visite de Tuol Sleng, l'ancienne prison des Khmers rouges, où il a prié à la mémoire des victimes du régime (1975-79).

"Les Nations unies vont discuter de cette question avec les membres de la communauté internationale, en particulier les donateurs", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre cambodgien Hun Sen avait prévenu mercredi Ban Ki-moon que le deuxième procès, contre quatre anciens responsables Khmers rouges, qui doit avoir lieu en 2011 devant le tribunal de Phnom Penh, serait le dernier.

Citant ses propos, le ministre des Affaires étrangères Hor Namhong avait déclaré qu'une "troisième affaire ne serait pas autorisée", pour préserver la "paix au Cambodge".

Lors de son premier procès, le tribunal international a condamné en juillet "Douch", l'ex-chef de Tuol Sleng où ont été torturées quelque 15.000 personnes avant d'être exécutées. Il a fait appel de la condamnation.

Le mois dernier, quatre autres anciens responsables Khmers rouge ont été renvoyés devant le tribunal pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre.

Cinq autres individus sont visés par des enquêtes du tribunal. Mais les procureurs cambodgiens et étrangers du tribunal se sont ouvertement opposés sur l'opportunité de les juger.

Hun Sen, lui même ancien Khmer rouge, a plusieurs fois indiqué qu'il s'opposerait à de nouvelles poursuites.

"Nous savons qu'il est très difficile de revivre ce terrible chapitre de votre histoire (...). Mais je veux que vous sachiez: votre courage envoie un puissant message au monde, qui est qu'il n'y a pas d'impunité. Que les crimes contre l'humanité ne seront pas impunis", a insisté Ban Ki-moon jeudi.

Source : AFP (28/10/2010)

A lire également :
- Quatre responsables khmers rouges renvoyés devant le tribunal international pour génocide
- Douch, tortionnaire des Khmers rouges, condamné à 30 ans de prison