Décès de Vann Nath, peintre de la tragédie cambodgienne PDF Imprimer Envoyer
altAu Cambodge, le plus illustre et infatigable porte-parole des victimes des Khmers rouges s'est éteint ce lundi 5 septembre 2011. Le peintre Vann Nath, 66 ans, comptait parmi la poignée de rescapés du centre de détention S-21, dont le directeur Douch est le premier ancien responsable des atrocités commises sous la férule de Pol Pot à avoir été jugé par un tribunal parrainé par les Nations unies.

Vann Nath n'a eu la vie sauve dans l'antichambre de la mort, S-21,* que grâce à ses portraits en série de Pol Pot qu'on lui ordonnait de réaliser. Il s'était juré que s'il réchappait de cet enfer, il peindrait l'horreur vue et vécue. Pour que ses compagnons d'infortune ne soient pas morts pour rien, pour que la jeune génération sache et que la barbarie ne revienne pas.

Ses tableaux, décrivant crûment des scènes de torture, ont rejoint, après la chute du régime ultra-maoïste, les murs de S-21, transformé en musée du génocide. Il était parvenu à mettre des images sur l'indicible. Son ami, le réalisateur Rithy Panh, a dit de lui qu'il avait été ‘le premier à avoir entamé un travail contre l'oubli’. Dans son documentaire, S-21, la machine de mort khmère rouge (2003), Vann Nath avait accepté de se confronter à ses bourreaux d'hier. Même affaibli par une santé fragile, le peintre poursuivait inlassablement son rôle de passeur de mémoire auprès des jeunes et avait témoigné en 2009 au procès de Douch, avec la dignité et la sagesse qui lui étaient caractéristiques.

Après 10 jours de coma et plus de 30 ans passés à témoigner, la maladie a emporté Vann Nath. Il ne connaîtra pas la décision de la Cour suprême, qui tarde à se prononcer sur le verdict de Douch rendu en juillet 2010.

Source : RFI (06/09/2011)

A lire également :
- Quatre anciens piliers du régime Khmer rouge devant leurs juges
- Décès du journaliste Francis Deron
 

Communiqué

Communiqué de Amnesty International (21/01/2015)

Dix défenseures du droit au logement et un moine bouddhiste, tous condamnés à une peine de prison au terme de procès sommaires, doivent être libérés immédiatement et sans condition, a déclaré Amnesty International avant l'ouverture de leur procès en appel qui doit se tenir jeudi 22 janvier.
La suite

Insolites

Un mendiant français à Kampong Som
altUn étrange évènement a lieu en cette saison de Pchum Ben dans la ville de Sihanoukville (Kampong Som) où un Français, portant deux jeunes enfants, peut être vu mendiant à proximité des pagodes le jour de Pchum Ben.
Lire la suite...