Cambodge : l'éléphant tueur a été neutralisé PDF Imprimer Envoyer
altUn éléphant enragé qui a tué son propriétaire avant de saccager pendant dix jours la campagne cambodgienne a finalement été capturé et installé dans un centre d'accueil de la faune sauvage.

Sambo, un éléphant mâle de cinq tonnes, a terrorisé les villageois de la province de Kampong Speu (sud-ouest) et détruit leurs cultures avant d'être maîtrisé par des spécialistes animaliers le 15 décembre.

Il avait d'abord dû être confiné dans une rizière pendant plus d'une semaine pendant la construction d'une cage spéciale nécessaire à son transport vers le centre animalier de Phnom Tamao, dans la banlieue de Phnom Penh.

Sambo avait déjà fait preuve d'un comportement violent et pourrait avoir tué quatre personnes au total au cours des années.

Il est arrivé au centre samedi soir et "a été placé dans un enclos temporaire", a indiqué John Maloy, responsable de la communication de l'ONG Wildlife Alliance, précisant que Sambo était séparé des cinq autres éléphants d'Asie du zoo.

"Il est probablement trop dangereux pour être mélangé avec eux".

L'ONG estime que Sambo était en "musth", période caractéristique des éléphants mâles souvent accompagnée de comportements très agressifs.

Elle espère qu'une fois calmé, il pourra trouver une femelle au sein du zoo.

Quelque 120 éléphants domestiques vivent au Cambodge, selon Jack Highwood, responsable de l'organisation locale Elephants Livelihood Initiative Environment, qui a aidé au transfert de l'animal.

Malgré l'absence de statistiques, Highwood estime que six personnes ont été tuées par des éléphants ces trois dernières années, en comptant les victimes de Sambo. Dans la plupart des cas, les animaux étaient en "musth".

L'éléphant d'Asie est sur la liste des espèces en danger de l'Union internationale pour la conservation de la nature.

AFP (27/12/2010)


A lire également :
- La vachette qui avait la peau de reptile
- Coopération animalière
 

Communiqué

Communiqué de Amnesty International (21/01/2015)

Dix défenseures du droit au logement et un moine bouddhiste, tous condamnés à une peine de prison au terme de procès sommaires, doivent être libérés immédiatement et sans condition, a déclaré Amnesty International avant l'ouverture de leur procès en appel qui doit se tenir jeudi 22 janvier.
La suite

Insolites

Expulsion des macaques d'un temple cambodgien
altLes autorités cambodgiennes ont décidé d'évacuer des singes agressifs qualifiés de "gangsters", qui avaient élu domicile dans un temple de Phnom Penh et terrorisaient les touristes, a indiqué vendredi un responsable de l'opération. L'un d'eux, pesant une vingtaine de kilos, avait même été abattu en 2008 après avoir attaqué des visiteurs.
Lire la suite...