Mise en place d’un laboratoire des bijoux et des pierres précieuses PDF Imprimer Envoyer
altLe ministère du Commerce a inauguré lundi un laboratoire pour le test des bijoux et des pierres précieuses en présence de son ministre Châm Prasidh.

Le marché mondial du commerce de bijoux et de pierres précieuses dispose d’un potentiel jusqu’à 100 milliards de dollars américains, alors qu’au Cambodge son potentiel reste encore minime, a noté le ministre.

Châm Prasidh a affirmé que dans le passé, le commerce de bijoux et de pierres précieuses faisait l’objet de critique par certains touristes qui n’étaient pas satisfaits de la qualité des bijoux et des pierres précieuses qu’ils avaient achetés. Cela était, a-t-il précisé, dû au manque de ce genre de laboratoire.

Le ministre du Commerce a émis son espoir que ce laboratoire contribuera à attirer la visite des touristes étrangers au Cambodge.

La mise en place du laboratoire vise à renforcer la qualité des bijoux et des pierres précieuses au Cambodge afin de gagner la confiance des consommateurs, et à prévenir la fraude sur les qualités, a dit pour sa part Khut Sothy, directeur exécutif de la compagnie britannique Intertek qui investit dans la création de ce laboratoire.

Source : AKP (07/03/2012)

A lire également :
- (Re)naissance du Centre Culturel Bouddhique
- Les géants miniers s'invitent dans la ruée vers l'or cambodgien
Commentaires (0)Add Comment

Réagissez à cet article
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

security code
Entrez les caractères affichés


busy
 

Communiqué

Communiqué de Amnesty International (21/01/2015)

Dix défenseures du droit au logement et un moine bouddhiste, tous condamnés à une peine de prison au terme de procès sommaires, doivent être libérés immédiatement et sans condition, a déclaré Amnesty International avant l'ouverture de leur procès en appel qui doit se tenir jeudi 22 janvier.
La suite

Insolites

Preah Vihear : Google diffuse une fausse carte
altLa carte publiée par Google "place presque la moitié du temple en Thaïlande et n'est pas un document reconnu internationalement", affirme le secrétaire d'État du Conseil des ministres cambodgien, Svay Sitha, dans un courrier dont l'AFP a eu connaissance samedi.

Lire la suite...