Manifestation pour la journée des droits de l'Homme PDF Imprimer Envoyer
altDes milliers de Cambodgiens ont manifesté, à l'occasion de la journée internationale des droits de l'Homme, pour réclamer la libération de militants du droit de la terre emprisonnés.

Parmi quelque 3.000 manifestants, des moines bouddhistes et des militants du droit de la terre venus des quatre coins du pays se sont réunis devant le parlement à Phnom Penh.

"Arrêtez de recourir à la force et à la violence" contre les manifestants réclamant l'arrêt des expulsions, demande une pétition lancée par les manifestants, dont plusieurs tenaient des portraits des militantes condamnées mi-novembre à des peines d'un an de prison ferme.

Leur tort: avoir manifesté leur opposition à un projet foncier mené par un sénateur proche du pouvoir dans le quartier de Boeung Kak, où des milliers de familles ont été expulsées.

Le Premier ministre Hun Sen, au pouvoir depuis près de trente ans, réprime par la force toute opposition, des ouvriers du textile aux opposants politiques.

Des centaines d'ouvriers du secteur textile, qui ont mené d'importantes grèves et manifestations au début de l'année pour réclamer de meilleurs salaires, se sont joints à la manifestation.

Début janvier, au moins quatre civils avaient été tués lorsque la police avait ouvert le feu sur des ouvriers en grève.

Leurs syndicats ont obtenu du gouvernement une hausse du salaire mensuel minimal dans ce secteur clef de l'économie cambodgienne, porté à 128 US $ (102 €), en deça néanmoins des attentes de nombre d'entre eux.

Source : AFP (11/12/2014)

A lire également :
- Cambodge: les ouvriers du textile versent leur sang pour une augmentation
- Cambodge : des centaines de grévistes licenciés d'une usine
Commentaires (0)Add Comment

Réagissez à cet article
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

security code
Entrez les caractères affichés


busy
 

Communiqué

Communiqué de Amnesty International (21/01/2015)

Dix défenseures du droit au logement et un moine bouddhiste, tous condamnés à une peine de prison au terme de procès sommaires, doivent être libérés immédiatement et sans condition, a déclaré Amnesty International avant l'ouverture de leur procès en appel qui doit se tenir jeudi 22 janvier.
La suite

Insolites

Un baiser à 18 840 euros
altLa cour d'appel de Nîmes a condamné Rindy Sam, qui avait laissé, en juillet 2007, une trace de rouge à lèvres sur une oeuvre du peintre américain Cy Twombly exposée à Avignon, à payer 18.840 euros à la collection Lambert, au titre des frais de restauration de la toile.
Lire la suite...