L’Institut Pasteur célébrera le 60e anniversaire de son implantation au Cambodge PDF Imprimer Envoyer
altL’Institut Pasteur célèbrera, le 11 mars 2013, le 60e anniversaire de son implantation au Cambodge, lit-on un communiqué de presse de l’Ambassade de France rendu public hier.

La prochaine célébration sera, a indiqué le communiqué, présidée par Mâm Bunheng, ministre cambodgien de la Santé; Serge Mostura, ambassadeur de France désigné; et Madame le Pr Alice Dautry, directrice générale de l’Institut Pasteur.

A cette occasion, a-t-il ajouté, sera posée la première pierre d’un nouveau bâtiment de recherche à vocation régionale sur les maladies infectieuses : la plateforme régionale d’étude des maladies infectieuses transmissibles et pathogènes émergents (PR-ASIE).

En plus, l’Institut Pasteur soutient également l’exposition organisée le 12 mars à l’Hôtel Sofitel intitulée « Le laboratoire de la Création » et qui présentera une soixantaine de photos et d’œuvres d’art autour de Pasteur.

D’après le communiqué, présent au Cambodge depuis 1953, pour développer d’abord des vaccins, l’Institut Pasteur y installa rapidement des laboratoires de recherche. Après son arrêt brutal en 1975, l’Institut Pasteur renaît en 1985 en conservant ses missions de recherche en matière de santé publique et de formation des chercheurs cambodgiens, en liaison notamment avec l’Université des Sciences de la Santé. Partenaire du ministère cambodgien de la Santé, l’Institut qui compte plus de 160 personnes dont 140 Cambodgiens est à présent reconnu au niveau national et international comme un centre de référence de haut niveau scientifique pour ses recherches sur les maladies infectieuses transmissibles. Les recherches conduites à l’Institut Pasteur du Cambodge en collaboration avec le Pr Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de Médecine ont notamment permis des avancées notables dans les traitements contre le VIH/Sida.

L’Institut s’est aussi récemment illustré par ses études sur la grippe aviaire, le virus Chikungunya ou la maladie pied-main-bouche, avec le soutien de grandes organisations internationales (OMS, FAO, Fonds Mondial, Banque Asiatique de Développement).

En outre, l’Institut Pasteur du Cambodge est aujourd’hui reconnu comme un pôle régional de recherche. Les premières activités de recherche régionale sur les encéphalites ont démarré et début 2014, la plateforme régionale d’étude des maladies infectieuses – PR-Asie – permettra de coordonner les efforts conjoints de chercheurs de la région dans le domaine de l’étude des maladies émergentes. Cette plateforme sera également un centre de formation de jeunes chercheurs. Un nouveau programme d’un montant de 3,5 millions de dollars débutera également en 2013 dans le cadre du projet régional ECOMORE financé par l’Agence Française de Développement dont l’objectif est de lutter contre la diffusion de maladies (dengue, Chikungunya ou paludisme) liée aux modifications de l’environnement.

Source : AKP (09/03/2013)

A lire également :
- Recrudescence de grippe aviaire au Cambodge
- Le Cambodge accusé de détourner des fonds de lutte contre le paludisme
Commentaires (0)Add Comment

Réagissez à cet article
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

security code
Entrez les caractères affichés


busy
 

Communiqué

Communiqué de Amnesty International (21/01/2015)

Dix défenseures du droit au logement et un moine bouddhiste, tous condamnés à une peine de prison au terme de procès sommaires, doivent être libérés immédiatement et sans condition, a déclaré Amnesty International avant l'ouverture de leur procès en appel qui doit se tenir jeudi 22 janvier.
La suite

Insolites

Preah Vihear : Google diffuse une fausse carte
altLa carte publiée par Google "place presque la moitié du temple en Thaïlande et n'est pas un document reconnu internationalement", affirme le secrétaire d'État du Conseil des ministres cambodgien, Svay Sitha, dans un courrier dont l'AFP a eu connaissance samedi.

Lire la suite...