Le Cambodge lance, avec la Chine, son plus grand barrage hydroélectrique PDF Imprimer Envoyer
altLe Cambodge a inauguré lundi son plus grand barrage hydroélectrique, grâce au financement de la Chine voisine, afin de développer son réseau électrique encore déficient, au mépris de la destruction des forêts.

Ce barrage de Stung Russey Chrum Krom a été réalisé sur un lac artificiel grâce à un investissement total de près de 500 millions de dollars par le groupe chinois China Huadian Corporation.

L'énergie produite est à destiné à la consommation nationale du Cambodge, et non à l'exportation, alors que seul un quart des foyer ont accès de façon pérenne à l'électricité, ce qui constitue un frein pour attirer les investisseurs étrangers.

Les écologistes critiquent néanmoins le projet, réalisé dans une zone de forêt jusqu'ici préservée dans la province de Koh Kong, dans le sud-ouest du Cambodge.

"Ce barrage affecte des forêts. Mais si l'on prend en compte les bénéfices économiques, nous résolvons plus de problèmes que nous ne causons de dommages à l'environnement", a assuré le Premier ministre Hun Sen lors d'un discours d'inauguration retransmis à la radio nationale.

Le gouvernement cambodgien est très critiqué pour ses accords avec des groupes étrangers - notamment chinois - pour exploiter ses terres avec des plantations de canne à sucre, d'hévéas, ou des barrages hydroélectriques. Selon les organisations de militants des droits de la terre, cela passe souvent par la spoliation des terres aux communautés rurales.

Un deuxième barrage financé par la Chine, encore plus gros, doit ouvrir cette année dans cette même province de Kog Kong. Ce barrage de Stung Tatay, d'une capacité de 246 mégawatts, représente un investissement total de 540 millions de dollars.

Face aux critiques des écologistes, le gouvernement reconnaît que les deux barrages s'accompagnent de la destruction collatérale de 1.600 hectares de forêts.

Hun Sen a précisé lundi qu'un nouveau barrage financé par la Chine, d'une capacité de 400 mégawatts, serait inauguré en 2018, dans la province de Stung Treng, dans le nord du Cambodge, sur un affluent du Mékong.

Au total, neuf barrages - dont plusieurs sont financés par la Chine - doivent ouvrir en 2019.

Source : AKP (12/01/2015)


A lire également :
- Une entreprise chinoise veut investir 3 milliards de dollars au Cambodge
- Mékong : barrages pas avant 10 ans
Commentaires (0)Add Comment

Réagissez à cet article
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

security code
Entrez les caractères affichés


busy
 

Communiqué

Communiqué de Amnesty International (21/01/2015)

Dix défenseures du droit au logement et un moine bouddhiste, tous condamnés à une peine de prison au terme de procès sommaires, doivent être libérés immédiatement et sans condition, a déclaré Amnesty International avant l'ouverture de leur procès en appel qui doit se tenir jeudi 22 janvier.
La suite

Insolites

À 18 mois, il se nourrit au pis d'une vache
Confié à son grand-père pendant que ses parents sont partis chercher du travail en Thaïlande après la destruction de la maison familiale par une tempête, Thao Sophat, 18 mois, a trouvé le réconfort maternel auprès d'une vache. Un petit Cambodgien confié à son grand-père a trouvé un bon moyen de remplacer le lait maternel...
Lire la suite...