Hun Sen veut une loi sur la négation du génocide PDF Imprimer Envoyer
altL'homme fort du Cambodge Hun Sen a appelé de ses voeux une loi interdisant la négation des crimes commis par les Khmers rouges, sous lesquels jusqu'à deux millions de personnes sont mortes dans les années 70.

"Cela semble urgent (...). Je voudrais appeler les membres du parlement (...) à écrire une loi comme il en existe en Europe" sur la shoah, a-t-il déclaré lors d'une cérémonie à Phnom Penh. "En Europe, quiconque déclare que Hitler n'a tué personne est poursuivi".

Le Premier ministre, lui-même un ancien Khmer rouge qui avait fait défection, a jugé le texte nécessaire pour "s'assurer que le régime ne reviendrait pas et que quiconque affirme qu'il n'y a pas eu de régime génocidaire soit poursuivi".

Jusqu'à deux millions de personnes sont mortes d'épuisement, de maladie, sous la torture ou au gré des exécutions sous le régime marxiste totalitaire de Pol Pot (1975-79), qui a tenté de mettre en place une utopie agraire en abolissant les villes, la médecine, la monnaie, l'éducation.

Dans un enregistrement posté sur un site gouvernemental, un député de l'opposition affirme semble-t-il que la prison de Tuol Sleng, dont le directeur a été condamné à la perpétuité par le tribunal international de Phnom Penh, n'a jamais existé.

Le site, devenu un musée des crimes khmers rouges, est selon lui une invention des Vietnamiens qui ont renversé le régime.

L'homme politique n'a pu être joint par l'AFP mais sa formation, le Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP), a affirmé que les propos de son cadre avaient été sortis de leur contexte à des fins politiques.

"Lui même et sa famille sont aussi des victimes du régime des Khmers rouges", a précisé le parti dans un communiqué.

Chum Mey, un des rares survivants de Tuol Sleng, a pour sa part jugé que ces propos insultaient l'âme des morts. "Nous demandons que Kem Sokha vienne à Tuol Sleng pour s'excuser", a ajouté cet homme de 83 ans.

Source : AFP (28/05/2013)

A lire également :
- Cambodge: l’ex-ministre des Affaires étrangères des Khmers rouges est mort
- Cambodge: l'ex-première dame des Khmers rouges va être libérée
Commentaires (0)Add Comment

Réagissez à cet article
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

security code
Entrez les caractères affichés


busy
 

Communiqué

Communiqué de Amnesty International (21/01/2015)

Dix défenseures du droit au logement et un moine bouddhiste, tous condamnés à une peine de prison au terme de procès sommaires, doivent être libérés immédiatement et sans condition, a déclaré Amnesty International avant l'ouverture de leur procès en appel qui doit se tenir jeudi 22 janvier.
La suite

Insolites

Preah Vihear : Google diffuse une fausse carte
altLa carte publiée par Google "place presque la moitié du temple en Thaïlande et n'est pas un document reconnu internationalement", affirme le secrétaire d'État du Conseil des ministres cambodgien, Svay Sitha, dans un courrier dont l'AFP a eu connaissance samedi.

Lire la suite...