Découverte d'un charnier au Cambodge PDF Imprimer Envoyer
altUn charnier où auraient été enterrées des centaines de victimes des Khmers rouges a été découvert dans le nord-ouest du Cambodge, indiquent aujourd'hui les autorités.

Le propriétaire d'un terrain du district de Kralanh et ses ouvriers sont tombés par hasard sur des squelettes la semaine dernière en utilisant une pelleteuse, a précisé Nhim Seila, un responsable de la police militaire de la province de Siem Reap. Les restes d'au moins dix-sept personnes ont été trouvés avant que la police militaire ne ferme le site pour inspection.

"Certains des cranes avaient les yeux bandés et les mains étaient attachées avec des lacets", a ajouté Nhim, précisant que plusieurs cranes portaient des traces de coups. "Selon les habitants, c'était un lieu où les Khmers rouges tuaient des gens tous les jours pendant le régime. Je pense qu'il y a des centaines de squelettes dans la tombe".

La campagne cambodgienne est parsemée de milliers de charniers datant du régime khmer rouge (1975-1979), sous lequel quelque deux millions de personnes sont mortes sous la torture, d'épuisement ou de malnutrition. Le Centre de documentation du Cambodge, qui fait des recherches sur cette période, avait identifié en 1998 ce site comme un des "champs d'exécution" du régime et estimé que quelque 35.000 personnes y auraient été enterrées, a précisé son directeur Youk Chhang.

Il a espéré que le tribunal chargé de juger les hauts responsables khmers rouges, devant lequel comparaissent depuis plusieurs mois les trois plus hauts dirigeants encore en vie, examinerait ce site pour trouver des preuves éventuelles des crimes commis. "Les os ne trouveront pas la paix tant que la vérité qu'ils détiennent n'a pas été révélée", a-t-il insisté.

Source : AFP (06/08/2012)

A lire également :
-Lorsqu'une journaliste était l'invitée des Khmers rouges
- Trois dirigeants khmers rouges à la barre

Commentaires (0)Add Comment

Réagissez à cet article
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

security code
Entrez les caractères affichés


busy
 

Communiqué

Communiqué de Amnesty International (21/01/2015)

Dix défenseures du droit au logement et un moine bouddhiste, tous condamnés à une peine de prison au terme de procès sommaires, doivent être libérés immédiatement et sans condition, a déclaré Amnesty International avant l'ouverture de leur procès en appel qui doit se tenir jeudi 22 janvier.
La suite

Insolites

Noces de sang froid
altDes centaines de Cambodgiens ont assisté lundi au mariage de deux pythons dans le village de Svay Rolum, à une vingtaine de kilomètres au sud de Phnom Penh.
Lire la suite...