Cambodge : Obama dénonce les violations des droits de l'homme PDF Imprimer Envoyer
altLe président des États-Unis a souligné la nécessité d'élections justes et libres et de la libération des prisonniers politiques.

Barack Obama a souligné lundi au cours d'une rencontre "tendue" avec le Premier ministre cambodgien que les violations des droits de l'homme étaient un "obstacle" à l'approfondissement des relations entre les États-Unis et le Cambodge, selon un responsable américain. Barack Obama est le premier président américain en exercice à se rendre au Cambodge, mais a fait le déplacement pour un sommet asiatique organisé à Phnom Penh.

Sa rencontre avec l'hôte de la réunion, le Premier ministre, Hun Sen, s'est focalisée sur les droits de l'homme, a expliqué Ben Rhodes, conseiller adjoint à la sécurité nationale, quelques heures après une visite historique du président à Rangoun. Barack Obama a commencé par dire que son voyage en Birmanie était la preuve que "des pays avançant sur la voie des réformes politiques et améliorant le respect des droits de l'homme pouvaient en tirer des bénéfices", a-t-il déclaré.

Campagne pour manipuler la vérité

Le président a en particulier souligné la nécessité d'élections justes et libres et de la libération des prisonniers politiques. Il a dit que ce genre de problèmes était un obstacle à l'approfondissement des relations bilatérales entre les États-Unis et le Cambodge. Mais les Cambodgiens ont immédiatement rejeté les accusations américaines, assurant avoir été victimes d'une "campagne pour manipuler la vérité". "Cette campagne de manipulation laisse penser que le Cambodge est devenu un plus mauvais élève que la Birmanie", a déclaré Prak Sokhon, ministre adjoint rattaché à Hun Sen.

Lors de la rencontre, "le Premier ministre a souligné qu'il n'y a pas de prisonniers politiques au Cambodge, mais il y a des hommes politiques coupables", a-t-il ajouté. Barack Obama a de son côté soulevé le cas spécifique d'un responsable de radio récemment condamné. Mam Sonando, un Franco-Cambodgien de 71 ans, farouche opposant au gouvernement cambodgien et propriétaire de la radio indépendante Beehive, a été condamné en octobre à 20 ans de prison après avoir été reconnu coupable de complot sécessionniste.

Avant l'arrivée de Barack Obama à Phnom Penh, des Cambodgiens avaient organisé plusieurs manifestations pour l'appeler à l'aide, portant des banderoles frappées d'un "SOS" et de sa photo. Ils voulaient en particulier attirer son attention sur les expulsions forcées liées à des différends en matière de propriété foncière, un problème de premier plan au Cambodge.

Source : AFP (20/11/2012)

A lire également :
- 20 ans de prison pour un opposant politique franco-cambodgien
- Luon Sovath, moine bouddhiste récompensé pour sa défense des droits de l’homme au Cambodge
Commentaires (0)Add Comment

Réagissez à cet article
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

security code
Entrez les caractères affichés


busy
 

Communiqué

Communiqué de Amnesty International (21/01/2015)

Dix défenseures du droit au logement et un moine bouddhiste, tous condamnés à une peine de prison au terme de procès sommaires, doivent être libérés immédiatement et sans condition, a déclaré Amnesty International avant l'ouverture de leur procès en appel qui doit se tenir jeudi 22 janvier.
La suite

Insolites

Preah Vihear : Google diffuse une fausse carte
altLa carte publiée par Google "place presque la moitié du temple en Thaïlande et n'est pas un document reconnu internationalement", affirme le secrétaire d'État du Conseil des ministres cambodgien, Svay Sitha, dans un courrier dont l'AFP a eu connaissance samedi.

Lire la suite...