20 ans de prison pour un opposant politique franco-cambodgien PDF Imprimer Envoyer
altUn farouche adversaire du gouvernement cambodgien a été condamné à 20 ans de prison lundi après avoir été reconnu coupable de complot sécessionniste, un chef d'accusation qui cache selon ses partisans la volonté du régime de Hun Sen de le faire taire.

Mam Sonando, franco-cambodgien et propriétaire de la radio indépendante Beehive, a été condamné par un tribunal de Phnom Penh pour insurrection et incitation à l'usage d'armes contre l'Etat. Il est considéré par Amnesty International comme un prisonnier de conscience.

Agé de 71 ans, il est accusé d'avoir échafaudé un complot pour établir une région autonome dans la province de Kratie, dans l'est.

Les groupes de défense des droits de l'Homme estiment pour leur part que le gouvernement tente de justifier la mort d'une adolescente en mai dans des affrontements entre forces de l'ordre et villageois dans une affaire de saisie de terres.

Sonando avait déjà été arrêté deux fois en 2003 et 2005 pour ses positions politiques et pour avoir diffamé le gouvernement du Premier ministre Hun Sen, 61 ans, homme fort du Cambodge depuis 1985 et qui a promis de rester au pouvoir jusqu'à ses 90 ans.

Sa dernière arrestation en juillet était intervenue juste après une visite de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton au Cambodge.

La cour a prononcé un verdict politiquement motivé, a dénoncé lundi le président du Centre cambodgien pour les droits de l'Homme, Ou Virak. Il n'y a aucune preuve que Mam Sonando ait commis ces infractions.

Rupert Abbott, d'Amnesty International, a qualifié la décision de totalement scandaleuse et promis de se battre pour la libération de celui qui dirige l'Association des démocrates, un groupe très critique à l'égard du pouvoir.

L'Union européenne s'est également inquiétée de cette condamnation qui soulève de sérieux doutes concernant l'impartialité et l'indépendance de la Cour.

Les gouvernements ont l'obligation de protéger la liberté d'expression et l'indépendance des médias, a ajouté le porte-parole de la diplomate en chef de l'UE Catherine Ashton dans un communiqué.

Le ministère français des Affaires étrangères, qui s'est dit troublé par la condamnation, a de son côté appelé les autorités cambodgiennes à garantir que les voies de recours permettront de réexaminer sans tarder cette affaire de manière juste et équitable.

La femme de Sonando a indiqué à la presse que son mari allait faire appel.

Je suis heureux d'avoir aidé la Nation, a déclaré l'accusé alors qu'il était emmené par la police. Une centaine de partisans avaient été maintenus à distance de la salle d'audience.

Les conflits fonciers constituent l'un des dossiers les plus sensibles du pays à l'heure actuelle. Les manifestations se sont multipliées et les militants affirment que la répression ne cesse de s'amplifier.

Source : AFP (01/10/2012)

A lire également :
- Un cofondateur du site Pirate Bay arrêté au Cambodge
- Lorsqu'une journaliste était l'invitée des Khmers rouges


Commentaires (0)Add Comment

Réagissez à cet article
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

security code
Entrez les caractères affichés


busy
 

Communiqué

Communiqué de Amnesty International (21/01/2015)

Dix défenseures du droit au logement et un moine bouddhiste, tous condamnés à une peine de prison au terme de procès sommaires, doivent être libérés immédiatement et sans condition, a déclaré Amnesty International avant l'ouverture de leur procès en appel qui doit se tenir jeudi 22 janvier.
La suite

Insolites

"Gnôle sans frontières" au Cambodge
altEn Corrèze, on l'appelle "le ministre de la gnôle". Président de l'association de distillateurs d'alcool du Département, Georges Grafouillère et son collègue du Lot, Jacques Laniés se sont rendus dernièrement au Cambodge, pour une mission de coopération internationale.
Lire la suite...